mercredi 28 décembre 2011

Dans nos Obscurités... (Noël entre immanence et transcendance)...

Parce que cela fait pas mal de temps que j'ai délaissé le groupe des Premières fois (qui compte parmi ses membres MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Lilith, Cortisone, A2f, Hadalalibella, Chrys, CathyJean-Michel  et PetitScarabée), et parce que le thème de la semaine est premiers souvenirs de réveillon de Noël, je fais part des miens, souvenirs mystiques et méditatifs...

Je reprends donc la plume pour Noël, teinté de Nativité et de lumières de bougies chaleureuses dans l'ombre et le froid de la nuit hivernale, celles qui allument le feu dans l'obscurité, plus que de Coca-Cola, de Saint Nicolas en pain d'épices, de cadeaux au pied du sapin décoré, de dinde fourrée aux marrons ou de crèche en santons sur papier crépon...

Agnostique, athée, croyant, je suis un peu tout ça, cela dépend, mais méditatif et non prosélyte assurément...

Et comme l'idéal serait que ce soit Noël tous les jours, Joyeux Noël à tous, donc !

 
Georges de La Tour -Saint Joseph, Charpentier

Plutôt que de maudire les ténèbres, allumons une chandelle, si petite soit-elle. [Confucius]
 
Dans nos Obscurités...

Sur la Terre comme au Ciel, pour Noël,
Brille la Lumière de Bethléem,
Rayonne de l'ombre un espoir réel,
Dispersant dans l'air tous nos anathèmes,

Une petite flamme dans le noir,
Une fumée blanche, oriflamme en flèche,
Féconde du Néant et sans mémoire,
Ange-Gardien veillant sur notre Crèche

De poussière et de paille, être anonyme
Méditant sur le vide et le silence,
Le feu de nos bougies sublime, infime,
Brûlant entre immanence et transcendance... 

[J.ChAbAdA]

 
Dans nos obscurités, allume le feu qui ne s'éteint jamais (Chant de Taizé)

mercredi 14 décembre 2011

Ecstasy... [Lost !- Coldplay- Tube de vers (24)]

Ecstasy...

Perdu dans les vagues desseins d'Amour,
Mourir étreint est le plus doux péché,
L'extase irrite la Muse éméchée,
Et le Poète dénué accourt,
Sur le fil rouge de nos rêves morts
Je sentirai la poudre et souffrirai
En exquises excuses, si douillet
Nid d'idylle où soupire mon trésor,
Parfumé des embruns de l'amertume,
Héroïne en vogue sur lac de sang,
Si dément, si aimant, si inspirant
Les sels houleux floconneux de l'écume,
Je dépends de toi, corde raide au cou,
Petite mort éthérée dans l'Azur,
Extase prisée dans les airs impurs
Des abysses d'Amour tout fou tout doux...

[J.ChAbAdA]


Coldplay - Lost

dimanche 23 octobre 2011

Panis Angelicus...

 Fra Angelico - Couronnement de la Vierge / Lex Amoris.

Panis Angelicus

J'adorerais les Anges nimbés de Lumière
Traversant la brume et les obscurs crépuscules
Le levant de l'aube me semble minuscule
En mon lit de nimbus survolant Terre et Mers

L'Immaculée me berce et me souffle la vie
Les vieillards me chantent le Cantique éternel,
Je me soumets à la Lex Amoris du ciel,
Aspiré du néant de l'être à l'Infini.

Le frère des Anges fait revivre le bois
Et pourrait redonner quelque force de foi,
La nature divine et enluminurée

De toute éternité me ramène à l'Amour
De la Vierge opaline et ses contours dorés
Qui est mon réconfort et m'inspire toujours...

[J.ChAbAdA ; 02/10/11]

Elina Garanca - Panis Angelicus (César Franck)

vendredi 7 octobre 2011

Tu es la finesse qui ensable le soir [Vers déterrés (8)]


 Tu es la finesse qui ensable le soir
Et tous ces rêves chauds émergés de l'écume
Mousseuse et rassurante, allégeant d'amertume
Ces soucis étoilés en ma mer de déboires.

Tu es ce qui manque quand arrive le soir,
Nonchalante attitude aux contours si dorés
Où j'avoue l'habitude de tout dévoiler,
En tes moindres détails s'immisce mon regard.

De ne pas te mentir et de trop me peiner
De penser que tu es celle que j'ai rêvé
En ces nuits veloutées par ta pensée pressante,

Où scrutant sans scrupule, où humant des parfums,
Exilé de mon cœur, à tes pieds, défunt,
Et heureux simplement que tu sois apaisante.

[J.ChAbAdA]

Camille Saint Saëns - Le Cygne

mercredi 5 octobre 2011

Take me away... [ I got to sleep -Sia - Tube de vers (23)]

 

J'aurais beau dire,
J'aurais beau faire,
Ton souvenir
Souffre, m'atterre,
Et me ramène
À quelque rêve
Sourde sirène
Qui me relève
Chemin sans piste
Où l'aube tombe
En linceul triste
Le cœur en bombe
Charmes rompus
Feuilles séchées
Amer repu
D'avidité
Âme perdu
Sot et perfide
Mal entendu
Trop plein trop vide
Je veux jeter
Sorts solitaires
Je veux rayer
Amours amères
Anges et Dieux
Guidez mes Nuits
Pour cet aveu
De maux tapis
De mots rongeurs
De faux aimants
De lance au cœur
Je me repens
Crève nombril
Je disparais
Quand le temps file
Take me away...

[J.ChAbAdA ; 01/10/2011]

Sia - I got to sleep

mercredi 21 septembre 2011

Utopie à la rue...

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ trois gars), je suis convié à raconter une première fois (ou presque...), de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix,Lilith, Cortisone, A2f, Hadalalibella, Chrys et PetitScarabée...

thème revendicateur de la semaine : première manifestation.

Nous partîmes 500 selon la police, 10 000  selon les syndicats...
Attention, Julien ChAbAdA a sorti les rames pour pondre un poème sur ce thème... 

Alternance plate d'énnéasyllabes et d'octosyllabes, sur fond de marche triomphale d'Aïda tout de même...

Promis, un de ces jours, j'écrirais de la poésie...lol...




 
Giuseppe Verdi - Aïda : marche triomphale
Utopie à la rue...

Sous l’étendard, sous les banderoles,
Des hommes sages, des vierges folles,
Chantent en cœur et à tue-tête,
Se refusant à la défaite,

Dans les pétards et dans la fumée,
Des pas cadencent sur les pavés,
Quelques slogans d’âmes affables
Volent au vent comme du sable,

Douce tempête voulant fouetter
Des politiques peu éclairés,
Des décisions déraisonnables,
Des injustices ineffables,

Venez tenir le haut du pavé,
Le trottoir est démocratisé,
En marche pour les justes causes,
Sans sang impur ni eau de rose,

S’il faut crier pour qu’on nous entende,
Aiguisez la voix qu’elle pourfende,
Battez en brèche  l’immoral,
Défendons un monde idéal !

mardi 20 septembre 2011

Pour qui sonne le glas ?...[Lilac Wine - The Cinematic Orchestra - Tube de Vers (22)]

Odilon Redon - Un masque sonne le glas funèbre.


Pour qui sonne le glas
De l'amour sans toi
Tous ces jours ?

Et l'été va plonger
En mornes pensées
De détresse

Et manquant de pécher
Partout te chercher
En ivresse

Sûr je passe à trépas
Débordant des mois
Sans retour

Je veux lier à toi
A tous tes émois
mes humeurs

En de petits délires
Nos deux cœurs s'attirent
Toute nuit

Et même si au pire
Nous sommes vampires
Je te vis

Et toujours je te bois,
Je te sens, te vois
En toute heure...

  [J.ChAbAdA ; 18/07/11]

mardi 13 septembre 2011

Midnight = Out of time [ Nice Dream - Radiohead -Tube de vers (21)]

Midnight : Out of time

[Ecouter sur Deezer : http://www.deezer.com/listen-3147261]

Je voudrais arrêter le temps
Rester sous le charme, l'extase
De toi, ma Muse, et moi Pégase,
T'emporter au-delà des Vents,

Dans un autre Monde, je t'aime,
Je te veux, je te vis, j'essaime
Les rayons de gelée pourrie
Et capte les tiens si jolis,

Si lumineux et si solaires,
Je ne serais plus solitaire,
Je veux te vivre et te garder
Perfectionner, perfectionner,

T'aider à vivre et devenir
Ce que tu es, ce que tu aimes,
Sois la femme simple et suprême,
Hors de toi, tout n'est que soupir...

[J.ChAbAdA ; 03/08/2011]

mardi 6 septembre 2011

Pi Time = 3.14 a.m. [Climbing up the walls - Radiohead - Tube de vers (20)]

Pi Time = 3.14 a.m.



A l'heure Pi...
Satan tapi
Me calomnie
Et m'envahit

Torve soupir
Faux repentir
Vices perçants
Maux si rongeants

Larmes et peurs
Froide torpeur
Vaste bûcher
Écartelé

Innocents morts
Torts et remords
Luttes et guerres
Reine-misère

Perd et enterre
Saines prières
Méditations
Élévation

Dans les hauteurs
Sans Tentateur
Ange inspiré
Corps aspiré

Ailes divines
Nimbé sans spleen
Je te devine
Vierge opaline

Si romantique
Par un Cantique
Etre impudique
Et séraphique

Souffler du cœur
Tout le bonheur
Siffler l'extase
Guider Pégase

Au Paradis
Être insoumis
Être embelli
A l'heure Pi...

[J.ChAbAdA; 03/08/11]

mercredi 31 août 2011

En vacances jusqu'au bout de la nuit...(holidays till the end of the night)

Je fais ma rentrée... Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois (ou presque...), de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix,Lilith, Cortisone, A2f, Hadalalibella et Chrys...

Thème nostalgique de la semaine : premiers souvenirs de fin de vacances...(25% poésie, 75% poetry)
De ce que je me souvienne, mes parents aimaient profiter des vacances jusqu'au dernier soir, et le retour en voiture ou en camping-car home-made par mon papa se faisait jusqu'au bout de la nuit, la veille de la reprise scolaire, libre et non ceinturé sur la plage arrière ... 
Dans l'ambiance Pop 80's de la voiture familiale du retour au bercail, un peu en français, beaucoup en anglais (A touch of poetry for this week... Holidays till the end of the night)...


La nuit étoilée - Van Gogh.
Christopher Cross - Sailing.

J'étais en vacances jusqu'au bout de la nuit,
Encore salé par la mer, le corps ensablé
sur plage arrière, luisant sous la voie lactée,
Filant sous les étoiles, mon esprit reluit...

On holidays till the end of the night
The road back home through the cars of shadow
My driver Dad cradles my soft pillow
And music soothes my soul in the moonlight. 
 
And I just listen to the Radio
Music of the 80's drives me crazy
And leaving the Sea is not so easy
I'm still on the Beach, with little sorrow...

Is there any money time to borrow ?
Enjoying holidays all through the night,
Flying to the Moon, my eyes are so bright,
Tears of joy before schoolish tomorrow...




jeudi 25 août 2011

Black (virgin) to White (goddess)...

Canova - Amour et Psyche
 Mozart - Lacrimosa

Vierge Noire assombrie par la mort de son fils,
Reine dans les Ténèbres de son deuil voilé,
Guérie de ses douleurs dans le ciel azuré,
Renaîtra dans l’Amour sous de sereins auspices.

La chair du Pélican n’est plus un sacrifice,
La Colombe t’apporte un rameau d’olivier,
Les Corbeaux des bas-fonds ont les ailes brûlées,
Tu n’es plus que Passion, tu deviendras Ibis,

Se dorant au Soleil loin des Champs-Elysées,
Fidèle à ton Archange embellissant tes ailes,
Ne craignant ni le froid, ni les vents ou marées,

Rien ne glace le cœur lorsqu’il est amoureux,
Verticale ascension, sous la neige éternelle,
Des humeurs de mortels au domaine des Dieux…

[J.ChAbAdA ; 04/08/11]

samedi 6 août 2011

Libertango... [tube de vers (19)]

 
Libertad + Tango => Libertango...
Commençons par le texte signé Guy Marchand...
Moi je suis tango, tango
Moi J'en fais toujours un peu trop
Moi je suis tango, tango
Je n'connais qu'des rimes en o
Moi je suis tango, tango

J'ai cette musique dans la peau
Moi je suis tango, tango
Elle me glace jusqu'aux os
Moi je suis tango, tango
Je l'étais dans mon berceau
Moi je suis tango, tango
Je le s'rai jusqu'au tombeau
Moi je suis tango, tango
Toutes les femmes sont des roseaux
Moi je suis tango, tango
Que je plie dans un sanglot
 (Ce n'est donc pas du Rimbaud..;-))
A mon tour de voir si je suis inspiré par des rimes en o et par la musique de Libertango...
Vous avez le choix de l'ambiance musicale (5)
   Ensemble vocal...
    Guitare acoustique...
   Accordéon...
   Piano et violon...
 
Ou orchestre symphonique...

 Votre choix est fait ? 
(Perso, j'avais choisi la version Piano+ Violon pour écrire...)
Voici mon poème... (16 heptasyllabes)
Liberté sur ce tango…
Bougeant du sang et des os
Mon cœur palpite en tempo
Sur l’air de Libertango
Ce monde vu de là-haut
Eloigné de mon berceau
Je voudrais être un oiseau
Me séparer des corbeaux
Qui survolent les roseaux
Etre enfin sauvé des eaux
Quittant l’humide fardeau
Mélancolique imago
Délaissé de mes fléaux
M’évader par le patio
A tire d’aile, angelot
Ne craignant plus les vils maux…
[Julien ChAbAdA ; 05/08/2011]

mercredi 3 août 2011

Premières histoires de ma Déesse-Mère...

Nouvelle participation au groupe des premières fois des filles du mercredi (+ deux gars), où sévissent MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella,Lilith et Chrys, sur le thème des premiers livres...

Hommage de bébé à sa Déesse-Mère, qui a su le convertir pour l'éternité...

 Vierge à l'enfant -Cathédrale de Rouen- (crédit photo perso)


"Petit escargot", "Petit ours brun" tout beau...
Je tète mon doudou en écoutant maman,
Je la cligne des yeux, le pouce entre les dents,
Je me berce d'effluves avant le dodo...

"Wouh...Wouh...Wouh... Wouh!"... "Qui a peur du grand méchant loup ?"
Je reste tout figé, les yeux écarquillés,
Délaissant un instant ma totoche sucrée,
Attendant le calmant d'un rassurant bisou...

Et l'histoire reprend, des gentils, des méchants...
Dans le giron d'amour materné, embrassé,
Petit être sans peur, adoré, entouré,
Pour le monde des rêves, je me sens partant...

"Il était une fois...", "Ils vécurent heureux...",
Je suis petit Prince sur la Lune dorée
Près du sein de ma mère à la voix enchantée
Qui est souffle de vie et parole de Dieu...

mardi 2 août 2011

L'absence...

Mode vacancier, un peu distant des blogs certes, mais bel et bien vivant !

Le poème qui suit s'inspire du thème et de la structure du poème de ma grande soeur blogiteuse Orfeenix, intitulé l'absence...


[alexandrins embrassant des paires d'hexasyllabes... Follement décadent...]

L'absence

Ton absence apparente est souffrance latente
Perdu en solitude
Scrutant tes attitudes
Dans toute silhouette et toute ombre passante.

Par le manque de toi mon centre est en orbite
Aspiré par le vide
En des pensées morbides
Ma planète est scindée, frêles météorites.

Si mon coeur est peureux, manquant de tes quartiers
De lune rutilante
Jamais envahissante,
Tout mon corps est exsangue et sans toi anémié.

Par le manque de toi, il me faut me défendre
Des parades déçues
Des Paradis déchus
Et ne pas être Faust, corps et âme à se vendre.

il me faut profiter de cette épreuve inique
Pour mieux me retrouver
Et mieux appréhender
Les vicissitudes de notre lien mythique,

Affirmé devant Dieu, nous sommes chair unique
Et devons maitriser
Les hivers, les étés,
Protégeant notre temps en un globe magique...

[J.ChAbAdA; 21/07/11]

samedi 23 juillet 2011

L'être naissant et l'ire primitive...

Pour ma onzième participation au groupe des premières fois des filles du mercredi (+ deux gars), où sévissent MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella,Lilith et Chrys, je vais faire un pont entre mes deux blogs, sur le thème de la première colère...

Dès l'ire primitive, j'avais décidé de mourir un autre jour...

[Sonnet classique...]



L'être naissant et l'ire primitive

L'ire est une injustice et le corps abimé
Par le manque de mère sue à grosses gouttes,
Et ne peut réprimer son angoisse et ses doutes,
Se sentant liquéfié dans son identité.

Peu importe qu'il fasse jour ou fasse nuit,
Pas de sein à téter pour soulager ses peines,
Nourrisson apeuré, je me noie dans la haine
Alarmante des yeux et bruyante de cris.

À L'absence de mère il fallait m'adapter
Résiliant empruntant une voie de survie
De l'enfant sans famille à l'enfant adopté

Le chemin de l'absence à celui de l'amour
Partagé réciproque habilement construit
Sans peur et sans gène, il me bercera toujours...

jeudi 14 juillet 2011

Premiers artifices du 14 juillet... [Première fois en Vers dépolis (10)]

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois (ou presque...), de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella,Lilith et Chrys...
Je suis en mode juillettiste et encore en retard cette fois-ci, c'est jeudi... Désolé...

Thème explosif et patriotique de la semaine : premier 14 juillet...

Pour ce thème sur le 14/07, vers généreux de 14 pas (tétrakaidécasyllabes), sur un air de poudre,
et hommage aux pompiers qui font danser la France, via les Pussy Cat Dolls... (juste pour le plaisir de la danse... et des yeux...;-)... Y fallait bien que je trouve un prétexte pour caser ce clip sympathique...)



Le 14 juillet me donne des airs d’artifices
De plaisirs, celui de jouer avec le feu des mèches,
Celui d’admirer la mort de fusées montées en flèche,
Celui de danser, à peine éméché, avec malice…

Il fallait attendre la fin du jour, la nuit tombante,
Le stade du village avait des airs sentant la poudre,
Celle des pétards rouges épars, celle de la foudre
 Du ciel très taquin, celle des belles bleues scintillantes,

Celle des belles roses ondulant sous les flonflons,
Des pas de danse enlacés contre des hanches coquines,
Je suis sous les drapeaux de sans-culottes féminines,
Je n’étais plus jeune garçon, j’avais ma permission…

dimanche 10 juillet 2011

Sous-doué diplômé ès télé... [Première fois en vers dépolis (9)]

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois, de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella,Lilith et une nouvelle recrue de marque (un petit bouchon...) : Chrys...
et comme je suis en retard cette fois-ci et que c'est samedi soir, ambiance fratrie de castrats disco pour un samedi nocturne fiévreux sous les boules à facettes et les déhanchés en pattes d'éph'... Jingle...
Thème de la semaine : racontez votre premier diplôme...

Comme mon inspiration s'appuie sur des sources variées et détournées, en bon retardataire du dernier rang, vous aurez donc droit à mon premier diplôme usurpé, par le truchement de la télé, celui du rire dans la grande tradition franchouillarde avec un soupçon de Zidi...
(j'aurais préféré avoir vu le Lauréat en premier, avec Mrs Robinson, pour la bande-son plus sympa signée Simon&Garfunkel, certes, mais je l'ai vu beaucoup plus tard...)...
J'aurais pu parler de mon goût des pays et capitales du monde que je connaissais toutes dès l'âge de 9 ans (qu'est-ce qu'on s'amuse avec Julien ChAbAdA... ;-)), mais bon, il n'existait pas de diplôme correspondant... J'ai donc choisi de parler de maîtresse-télé...


20h35, c'était un mardi soir,
Sur la première chaîne, tout en blanc et noir,
Soirée télé en famille, pendant 2 heures,
Visionnant un classique dans la bonne humeur,

La  machine à calottes me fit bien marrer,
Le grand Bruce m'a fait détester l'E.P.S.,
La jolie prof' d'histoire me tenait en liesse,
Le surveillant Galabru me faisait pouffer...

J'étais jeune diplômé d'humour franchouillard,
Mon cerveau disposé pour maîtresse-télé,
Jeune élève assidu aux cours de Dorothée,
Spécialiste des mangas et des bons nanars...

La télé a été un bien complémentaire
De mon cursus scolaire et universitaire...
Et aimer les nanars et dessins animés
Etait un bon départ pour être diplômé...

mercredi 29 juin 2011

Avant de finir Tatin.. Mise en bouche pour mes deux ans... [Première fois en vers dépolis (8)]

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois, de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella et Lilith ...

 Il était une (première) fois... Jingle...




Sujet appétissant de la semaine :  Votre premier plat cuisiné...

Je remonte à un vieux souvenir, où mes exploits de croqueur-goûteur en couche -culotte ont orienté le dessert qui s'ensuivit... 
Croquer des pommes, il n'y a que ça de vrai... 
Et comme dit le dicton : "One apple a day keeps doctors away"...
Mise en bouche suscitant le dessert pour mes deux ans…

[Pour parler de fruits tentateurs, des vers de sept pas...]







Avant de finir Tatin…

De ce que je me souvienne
J’ai dû forcer le destin
De mon tout premier dessert
Je me suis laissé tenter
Par un grand panier d’osier
Rempli de pommes d’hiver
Avant de finir Tatin
Je pus les goûter sans peine

Le panier posé au sol
Mon quatre pattes en marche
Pour  les attraper au vol
Les inviter dans mon arche
Une par une croquées
Et toutes redisposées
La marque de mon forfait
Juste un coup de dents de lait
Au sein des fruits tentateurs
Les maculant sans laideur…

Le petit goûteur en couche
A tout testé de sa bouche
Et laissé son beau label
Sur chaque pomme si belle
Du coup de crocs inspiré
Qui charma la maisonnée
Et suscita au matin
L’envie de tarte Tatin…

dimanche 26 juin 2011

Go West...

Ma grande sœur Orfeenix a sorti de ses archives un excellent poème, clin d'oeil à la Gay Pride, intitulé A l'est de Lesbos... Voici le mien, autour de ce thème...

[6 quatrains d'alexandrins]

Rubens - Ganymède

Qui supplie la Lune qu'elle veuille de lui ?
Pourquoi rester très clairement contre l’obscur ?
Sur sa face dorée nous risquons les brûlures,
Par sa face cachée, la Lune rafraîchit…

Loth sera-t-il sauvé des affres de Sodome ?
Dans l’antre des plaisirs qui exhale la fiente,
Il partage son corps comme amant ou amante,
Préférant à ses filles les atouts des hommes.

Qui à part Bethsabée David a-t-il aimé ?
Que le doux fils de Saül, premier Roi d’Israël,
 Jonathan, tente son arc, sa lyre, son miel,
Et lui offre la nuit plus que quelque baiser.

Quelle reine de Saba n’aurait succombé
Au Cantique des cantiques de jeunes Vierges,
Salomon sans sa plume leur tenant le cierge
Pour leur tribadisme de toute Antiquité ?

Quels hommes Ganymède a-t-il pu attirer,
Que même un Aigle voudrait se l’accaparer ?
Au-delà des relations mortelles, lier
Foudre de Zeus et  cœur d’homme en union sacrée.

Le cœur et le cerveau sont sans genre attitré,
La beauté intérieure est dépourvue de sexe,
Aimer quelqu’un sans peur, sans crainte et sans complexe,
Comme un Ange sans caractère sexué…

[J.ChAbAdA ; 26/06/11]

vendredi 24 juin 2011

Mandela Day (Nelson's Dream)... [Tube de vers (18)]

Tube de vers : tunnel musical motif d'inspiration poétique, vecteur de changement d'univers. Mon voyage poétique au son de la musique...

Musique : Mandela Day - Simple Minds.

"It matters not how strait the gate,
 How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul."
                                                         Invictus - William Ernest Henley 


Vingt-cinq ans d'emprisonnement, avant de devenir Président...
Nelson avait rêvé d'un monde meilleur, et l'a fait...

[Ecriture en 5 écoutes ; 25 Pentamètres, organisés en 5 fois 25 pas...]


Ecouter sur Deezer :http://www.deezer.com/listen-3130550


Nelson's Dream

Libre comme avant...
Courir au milieu
Du rouge et du bleu
Mêler le noir au
Blanc pur de nos os

Nelson en rêvant
D'un tout-unité
De fraternité
Changera le monde
Du racisme immonde

Et que célébrant
La paix de nos âmes
Sans querelle infâme
Les goûts métissés
Soient divinisés

Car en mélangeant
Nos eaux et nos sangs
Levant et couchant
D'un même soleil
Seront des merveilles

En un seul tenant
Un temps en commun
Un même chemin
Le même oxygène
Semblables sans gènes...

[J.ChAbAdA ; 24/06/11]

mercredi 22 juin 2011

Cassis rustique... Vous avez dit bourré ? [Première fois en vers dépolis (7)]

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois, de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella et Lilith ...

 Il était une (première) fois... Jingle...



Sujet sobre de la semaine :  Votre première cuite...

Ce cercle prend des allures de piccolos cette semaine, heureusement que Cortisone est là pour faire baisser la moyenne d'alcoolémie du groupe...

Ci-gît ma première cuite de jeunesse (à l'âge de cinq ans...), à la liqueur de cassis pure très rustique... (véridique...)



Starsailor - Alcoholic

Il y a trente ans, vous souvenez-vous
Des verres de moutarde décorés
De faune ou de flore, numérotés,
Indiquant son âge à chacun de nous ?

J’avais alors 22 ans pour le coup,
Invité à goûter chez les fermiers
Voisins de campagne bien de chez nous,
Dans l’odeur de chèvre et de fermenté,

Très gentiment ils m’offraient à goûter
Des petits beurres de Lu pré-mouillés,
Des madeleines en doigts desséchées,
Des langues de chat fondantes dorées,

Et pour faire passer le tout goûtu,
Ils me servaient le Cassis de leur cru,
Mon verre rempli à ras bord, sans eau,
Était mon premier Kir pur de sirop

Légèrement alcoolisé sans plus,
Je le buvais d’un trait, hardi, cul-sec,
Même pas mal au gosier, cuit du bec,
J’imitais la basse-cour en bonus,

Titubant comme un chat juste échaudé,
Derviche amateur aimant ce manège,
Je ne tenais plus assis sur mon siège,
Et finissais vomissant aux Vécés…

Fruit de la jeunesse baigné d’alcool,
Entêté par un tourbillon de vie,
J’étais déjà de Bacchus un ami,
Buveur orné de fruits et de corolles…


lundi 20 juin 2011

Mad world (Quand les rêves finiront)... [Tube de vers (17)]

Tube de vers : tunnel musical motif d'inspiration poétique, vecteur de changement d'univers. Mon voyage poétique au son de la musique...
 
Musique : Mad World - Gary Jules.

[tétra- et hepta-syllabes déprimés... quoique...]





Dans ce mal-être...
Quand les rêves finiront
Et que les jours terniront
Je saurai être
Lumière de tes nuits sombres
Scruteur de tes zones d'ombre
Et serai Maître
De tes cérémonies tristes
Chercheur d'Or suivant ta piste
Pour le bonheur
D'enfin te sentir sereine
S'offrant sans peur et sans peine
Toutes les heures
Chaque pensée me rapproche
Ou trop me blesse ou m'écorche
D'être assis là
Méditant sur ta présence
Le cœur battant d'impatience
D'être aussi las
Voguant dans l'imaginaire
Au-dessus de ton Calvaire
Je serai brise
tentant de te réchauffer
Simplement te rassurer
Je serai bise
Refroidi par ton absence
Glacée par l'indifférence
A ce mal-être...

[J.ChAbAdA ; 13/06/11]

vendredi 17 juin 2011

Le Nombre de la Bête...

Librement inspiré du thème du poème diaboliquement exquis (péché de gourmandise, j'adore... Pardon...) de ma Grande Soeur Orfeenix Le porteur d'ombre, mon poème inspiré de vers sataniques...


J'avoue ma fascination pour le Nombre de la Bête...

 Satan du Paradis Perdu - Gustave Doré

Le Nombre de la Bête

Six-cent soixante-six fois Satan empoisonne,
Se cachant des Cavaliers de l’Apocalypse,
Fourbe faucheur d’âmes déjà plâtrées de gypse,
Pan-crasse aux pieds de biche à hardiesse félonne.

Six-cent soixante-six fois Satan veut voler
Comme une aile pure de l’Archange Michel ;
Incarné en Dragon, il finit dans le fiel,
Transpercé par la Lance de ses Vanités.

Six-cent soixante-six fois Satan se perdra,
Enlisé dans les Champs Elysées de sa haine,
Brûlé sur le bûcher inique de ses peines,
Liquidé à tomber de Charybde en Scylla.

Six-cent soixante-six fois abjure Satan,
S’il crache sur les tombes avec indécence,
Oppose à ses attaques ton indifférence,
Et tout seul il sera enchaîné pour mille ans.

[J.ChAbAdA ; 17/06/11]

Truly, Madly, Deeply (Une raison de vivre)... [Tube de Vers (16)]

Tube de vers : tunnel musical motif d'inspiration poétique, vecteur de changement d'univers. Mon voyage poétique au son de la musique... 

Musique : Truly, Madly, Deeply - Savage Garden.



Une raison de vivre...

Une raison de vivre...
Quand tu brilles
Et scintilles
Du regard
Plein d'espoir
Et ta voix
Doux émoi
Qui m'emplit
Me séduit
Tout souci
tous tes plis
Tout de toi
Est en moi
Tous ces soirs
Tout espoir
De nous brille
Et scintille
Une raison de vivre...

[J.ChAbAdA ; 14/06/11]

jeudi 16 juin 2011

Vers déterrés - Expresso du soir...

[ruban de pentasyllabes entre deux Décas, Expresso près du centre.....]


Peut-être faut-il te dire aujourd’hui
Qu’en ces temps pluvieux
Des astres peureux
S’éprennent en peine ;
L’étoile incertaine
Sans l’Ange de Dieu
A pleuré tout bleu
Du saphir fragile
Claqué sous tes cils ;
Un nuage blanc
Au bord de tes flancs
Noyé dans le noir
Expresso du soir
Qui fige mon ombre
 En ton songe sombre
Dénoncé en veille
De ton corps pareil
A ce qui m’attire
Et qui tout au pire
Me tient sans sommeil
Et les yeux vermeils
Ouverts sans te voir
Saigneront ce soir
Sous l’astre peureux
En ces temps pluvieux
Où le jour finit
Surtout indécis.
Peut-être ne rien te dire aujourd’hui…

[J.ChAbAdA ; 14/12/99]

mercredi 15 juin 2011

Soleil Soleil, ne m'oublie pas (Pschit Joufflette...) [Vers de tiers]

Suite au billet-concours de Joufflette la coquette intitulé Du pschit qui sent bon l'été à gagner (concours dedans là), voici ma participation au concours, avec quatre acrostiches "SOLEIL" à quatre tailles de vers croissants (du 6 au 12)...

Sur fond de P'tit Bonheur, J'veux du soleil... Rien que du soleil...






Au p'tit bonheur - J'veux du soleil

Acrostiche coquin (hexasyllabes chauds…)

Seras-tu assez sage
Oubliant de vêtir
Les habits de la plage
Et de ton doux sourire
Invitant au massage
Laiteux à défaillir ?


Acrostiche culinaire (octosyllabes gourmands…)

Saucisses, merguez, côtelettes,
Osso Bucco, côtes de bette,
Laitue, poire en dés, roquefort,
Espadon grillé au raifort,
Ile flottante très coquette,
Langoureux baiser de Joufflette.


Acrostiche félin (décasyllabes chatoyants…)

Sortie féline sur un toit brûlant,
Ouvrant ses griffes aux sons d’amertume,
La chatte est mouillée, le poil grelottant,
Et le matou vomit sur le bitume,
Ivre mort, la queue basse, tout rampant,
Langue trop chargée et nez plein de rhume…


Acrostiche estival (alexandrins bronzés…)

Salées comme ma peau imbibée d’eau de mer
Ondulantes comme les vagues qui s’enroulent
Les tensions de l’année sont des gouttes qui coulent
Et sont évanescentes sous l’Astre solaire…
Ici, je suis pris par la beauté centripète,
La joyeuse, féline, coquine Joufflette…

& Click & Clap & Splurch & Gloups & Wiiizzzz... [Première fois en vers dépolis (6)]

Dans le cadre du cercle des filles du mercredi (+ deux gars), je suis convié à raconter une première fois, de même que MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella et Lilith ...

 Il était une (première) fois... Jingle...



Sujet de la semaine :  Votre premier appareil-photo...
(Et moi qui voulais traiter le sujet de ma première clé de douze, menfin...)

Alors là, ça sent le sujet qui m'a inspiré grave... (Cortisone, steuplé, tu veux pas faire un effort quand même sur le sujet ?)
Attention, Julien ChAbAdA va balancer la sauce canular de cours de récré... (Faisez gaffe, les copines...)
Et avec la musique 80's kitsch à souhait qui va bien... (Ivan, quelle classe quand même... Appréciez les bruitages synthétiques sur la bande-son, et la chorégraphie digne de François Valery...) 

[4 quatrains de décasyllabes...]


& Click & Clap & Splurch & Gloups & Wiiizzzz

Tu viens, le petit oiseau va sortir !
Il va simplement mouiller ton visage,
Et rendre un peu transparent ton corsage,
Ma petite copine, viens sourire,

Pose tes billes et prends ta sucette,
Fais des bulles avec ton Malabar,
Lèche ton Roudoudou, ton Carambar,
Et fais virevoleter tes couettes…

Fais bien gaffe à mon jet sur tes beaux yeux,
Je mets des perles sur ton doux regard,
Emotion naïve d’un canular…
J’envoie l’eau sur la raie de tes cheveux…

La force du premier jet, c’est classique,
La joie du trop-plein puis l’état de vide,
Et bien des gens ont le goût de l’humide,
Du chaud, du beau sur papier argentique…

Link within

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...