samedi 23 juillet 2011

L'être naissant et l'ire primitive...

Pour ma onzième participation au groupe des premières fois des filles du mercredi (+ deux gars), où sévissent MHF, Zette, Joufflette, Orfeenix, Cortisone, A2f, Hadalalibella,Lilith et Chrys, je vais faire un pont entre mes deux blogs, sur le thème de la première colère...

Dès l'ire primitive, j'avais décidé de mourir un autre jour...

[Sonnet classique...]



L'être naissant et l'ire primitive

L'ire est une injustice et le corps abimé
Par le manque de mère sue à grosses gouttes,
Et ne peut réprimer son angoisse et ses doutes,
Se sentant liquéfié dans son identité.

Peu importe qu'il fasse jour ou fasse nuit,
Pas de sein à téter pour soulager ses peines,
Nourrisson apeuré, je me noie dans la haine
Alarmante des yeux et bruyante de cris.

À L'absence de mère il fallait m'adapter
Résiliant empruntant une voie de survie
De l'enfant sans famille à l'enfant adopté

Le chemin de l'absence à celui de l'amour
Partagé réciproque habilement construit
Sans peur et sans gène, il me bercera toujours...

10 commentaires:

orfeenix a dit…

Plutôt émouvante ta première colère!

Zette a dit…

Outch de outch!
Bravo, la larme me monte.

MHF a dit…

Poignant...

Joufflette a dit…

Ah là, c'est moins la rigolade, tu as donné dans le sérieux et l'émouvant.
Tu m'as emmenée avec toi. C'est très beau.

Lilith a dit…

Ce doit être terrible de grandir sans le touché et le regard maternels... Et difficile de passer le cap de l'adolescence sans pouvoir affronter la mère tant aimée (plaisir coupable)

Julien ChAbAdA a dit…

@ Orfeenix : c'était un peu le but de la manoeuvre... ;-))

Julien ChAbAdA a dit…

@ Zette : je te prête un mouchoir si tu veux...

Julien ChAbAdA a dit…

@ MHF : merci !

Julien ChAbAdA a dit…

@ Joufflette : je t'ai emmenée avec moi et j'hésite à te laisser repartir... Humm...
Allez, je te raccompagne... ;-))

Julien ChAbAdA a dit…

@ Lilith : tout à fait d'acc avec toi.
Mais ce ne fut pas mon cas. Par l'amour, l'affection, l'attention de ma mère (qui est ma mère adoptive), je n'ai pas eu de carence d'affection maternelle. Et cette ire primitive n'est pas un souci ou un problème pour moi ; il s'agit pour moi d'un fait de vie, d'un événement de vie, pas d'une blessure non guéri(ssabl)e ou d'une souffrance insoluble. Mais je parle de mon cas particulier...

Link within

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...